samedi 10 mars 2018

33 - Lady Gaga

Lady-Gaga, les rythmes diaboliques de ton luth de feu font dégueuler de bonheur pourri les Dupont américanisés que tu veux enflammer de tes vers sépulcraux.

Lady Gaga, ton vagin corrompu où niche la vermine putride est le rêve inaccessible des gogos,  larves humaines hypnotisées par tes regards de cadavre dansant.

Ta musique est  douce aux oreilles des initiés de l’ordure, elle suinte l’exquise perdition, brille comme la démoniaque bêtise, résonne dans l’air toxique qui t’entoure, lugubre et assourdissante tel l’airain de la damnation, rappelant les cloches de l’enfer, tes petites chéries vibrantes logées au fond de ton utérus.

Belle fille du caniveau, Lady-Gaga, admirable ogresse linéale parée de tranches de viande, macchabée à la bouche de dégénérée par où sort le parfum d’un scandale formaté, tu es une morte affamée de mort, une jolie chamelle recousue assoiffée d’urine des bas-fonds cosmiques attirant à tes orifices les vers de tous calibres.

Adorable mythe cornu, Lady-Gaga réjouis-toi car tu es la grande profanatrice des consciences pubères, la violeuse d’âmes blanches,  la saigneuse d’agneaux et la reine de toutes les putains de la Terre.

Contre ta face rayonnante de coche stellaire qui fait bander le fumier, d’impératrice de la Connerie, de pharaonne de la vacuité “mortadellement” érigée en culte charcutier à travers piercings, tatouages et ramollissements cérébraux, j’applique l’or vif, tranchant et douloureux mais rédempteur de l’izarification.

Pauvre fille, que mon sceptre purificateur perçant tes sombres profondeurs te donne des ailes et t’élève, que mon verbe lumineux allège tes viscères surchargés d’obscurité, que ma plume subite te fasse abandonner tes sinistres semelles de mort qui te font marcher dans la merde !

VOIR LES TROIS VIDEOS :

https://rutube.ru/video/831a372cb092a14a9781d462a2d30e00/

https://rutube.ru/video/066b4dca383ad33c054085a5c9e0947e/

http://www.dailymotion.com/video/x3id8wa_lady-gaga-tu-es-une-coche-putride-raphael-zacharie-de-izarra_shortfilms

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire